Voyager avec des freins à disques

Avantages

– Plus de puissance avec moins d’effort
– Terminé les patins qui creusent la jante (moins d’usure)
– Insensibles au voile de la roue : freinent quoiqu’il advienne
– Plus efficaces sous la pluie
– Câbles et leviers standards : concerne les freins à disques mécaniques et hybrides qui sont les plus utilisés en voyage

Inconvénients des freins à disques sur un vélo de voyage
– Nécessité de protéger les disques pendant le transport (avion, train, bus) > prévoir un disque de rechange pour les voyages au long cours.
Tout hydraulique / vaut aussi pour les Magura à patins
– En cas de casse du levier (suite à une chute, si celui ci n’est pas protégé, ou trop serré), les pièces sont plus difficiles à trouver que pour des V-brake, voir impossibles dans certains endroits, seuls les formula sont réparables.

La tentation du tout hydraulique
Les freins à disques 100% hydrauliques sont encore plus puissants et progressifs, donc très confortables et sécurisants, d’où leur attrait.
En voyage on privilégiera un modèle de freins  à disques hydrauliques simple à purger (Shimano) et surtout fonctionnant avec de l’huile minérale, qui nécessite peu, voir pas du tout d’entretien.
Le DOT, standard en automobile, nécessite des purges régulières en vélo (en cause la petite taille du vase d’expansion et les  propriétés hygrophiles du DOT qui absorbe l’humidité ambiante), les freins hydrauliques au DOT sont à proscrire pour le voyage à vélo.

Exception, voyager à vélo avec des freins HOPE Tech 3 ou 4 au DOT 4.0 ou 5.1 :

De part leur conception et leur qualité de fabrication superlative, les freins HOPE (made in UK) nécessitent peu ou pas de purge .
-> Quand la purge s’avèrera nécessaire, ce qui peut prendre plusieurs années,  les HOPE acceptent tout liquide DOT 4.0 ou 5.1 que l’on trouvera dans n’importe quel garage ou station service reculé du globe.
-> Un simple tuyau suffit pour purger des HOPE, c’est la purge la plus simple du marché, similaire à une purge auto.
-> Réparables sur le long terme, à moindre coût.
-> les V4 acceptent les disques de 2,3mm d’épaisseur (contre 1.8mm chez shimano) donc très solides et endurants et des gaines renforcées « aviation ».

Vélos/kits cadres mixtes : le Surly Troll (et les anciens Ogre)
Ces ultra-polyvalents « couteaux suisses » ou « leatherman » de chez Surly disposent de supports pour freins à patins et à disque.
Le grand voyageur pourra donc bénéficier de tout le confort du freinage à disque et installer un v-brake ou canti-lever de dépannage en cas de pépin. A noter qu’on peut difficilement monter des V-Brake si les pneus dépassent les 2.0 pouces avec garde boue. Les montages en 26×2.5, 26×3.0 sont nécessairement à disque (29×2.5 pour les anciens ogre)

Note : A partir du millésime 2018 les Ogres n’ont plus de tasseaux pour freins à patins, la production du Surly Troll fut stoppée en 2020.

Quels marques de freins à disque sont recommandés en voyage à vélo?

Freins à disques 100% mécaniques – pour les irréductibles
– Les AVID BB7  ont encore la côte pour leur simplicité et fiabilité.

Inconvénient : ils sont mono piston : un piston pousse le disque contre le second piston, cette technique archaïque entraîne forcément un voile du disque.

Ils utilisent leviers de v-brake et cable gaine classiques.

Freins à disques hybrides (disposent d’un petit réservoir de liquide minéral au niveau de l’étrier et de double piston – meilleure longévité du disque en ce qui concerne le voile)
Juin Tech M1, R1 (tirage et leviers v-brake ou route) les M1 sont vendus en kit complet c’est à dire avec adaptateur IS postmount et disques (proposés sur nos montages).
– TRP Spyre

Quelques Grands Voyageurs utilisant des freins à disque depuis plusieurs années dont

Alee qui voyage continuellement, il roule en Rohloff avec des freins XT hydrauliques, sans aucun problème et fait juste une purge annuelle préventive.

https://www.cyclingabout.com/