Voyager avec des freins à disques

Avantages

– Plus de puissance avec moins d’effort
– Terminé les patins qui creusent la jante (moins d’usure)
– Insensibles au voile de la roue : freinent quoiqu’il advienne
– Plus efficaces sous la pluie
– Câbles et leviers standards : concerne les freins à disques mécaniques et hybrides qui sont les plus utilisés en voyage

Inconvénients des freins à disques sur un vélo de voyage
– Nécessité de protéger les disques pendant le transport (avion, train) > prévoir un disque de rechange pour les voyages au long cours.
Tout hydraulique / vaut aussi pour les Magura à patins
– En cas de casse du levier (suite à une chute, si celui ci n’est pas protégé, ou trop serré), les pièces sont plus difficiles à trouver que pour des V-brake, voir impossibles dans certains endroits.

La tentation du tout hydraulique
Les freins à disques 100% hydrauliques sont encore plus puissants et progressifs, donc très confortables et sécurisants, d’où leur attrait.
En voyage on privilégiera un modèle de freins  à disques hydrauliques simple à purger (Shimano) et surtout fonctionnant avec de l’huile minérale, qui nécessite peu, voir pas du tout d’entretien.
Le DOT, standard en automobile, nécessite des purges régulières en vélo (en cause la petite taille du vase d’expansion et les  propriétés hygrophiles du DOT qui absorbe l’humidité ambiante), les freins hydrauliques au DOT sont à proscrire pour le voyage à vélo.

Vélos/kits cadres mixtes : les Surly Troll et Ogre
Ces ultra-polyvalents « couteaux suisses » ou « leatherman » de chez Surly disposent de supports pour freins à patins et à disque.
Le grand voyageur pourra donc bénéficier de tout le confort du freinage à disque et installer un v-brake ou canti-lever de dépannage en cas de pépin.